Thérésa

Theresa Kachindamoto n’est pas une femme comme les autres, en effet la chef de la région de Dedza, dans le centre du Malawi. Dernièrement, elle a fait quelque chose de remarquable : aller à l’encontre des traditions et des mœurs qui guident le pays depuis toujours afin de défendre le droit des femmes de son pays. Et depuis qu’elle est au pouvoir (il y a déjà trois ans de cela), cette dernière a décidé de rester fidèle à toutes ses convictions. Son premier objectif est donc de mettre un terme au mariage des enfants, surtout à ceux des fillettes.

Thérésa

Le Malawi n’est pas un pays qui fait beaucoup parler de lui. Le seul grand titre que l’on lui connaît est l’adoption des deux enfants de Madonna. Mais ce que la plupart ignore c’est que c’est l’un des pays où l’union entre un enfant et un adulte est acceptée. En moyenne, d’après une étude faite par l’UNICEF en 2012, près d’une fille sur deux se marie de force avant même d’atteindre la majorité. Et cela ne fait pas la fierté de cet état du sud de l’Afrique. Sans compter les camps par lesquels les jeunes filles doivent passer pour être initiées sexuellement.

Theresa Kachindamoto veut donc mettre fin à cette mauvaise réputation et souhaite prendre les mesures nécessaires pour faire changer les choses une bonne fois pour toutes. Après avoir tenu le poste de secrétaire durant 27 ans, elle a donc été appelée pour prendre la succession des chefs locaux. Puis, progressivement, elle a eu l’opportunité de gravir assez d’échelons pour pouvoir agir face à cette situation révoltante.

Elle a donc donné l’ordre de ratifier un texte de loi pour rendre illégal le mariage avant l’âge de 18 ans. Vous l’aurez compris, cette décision n’a pas fait que des heureux. Mais même face à ce refus, Kachindamoto n’a pas reculé. Elle a notamment menacé les réfractaires sur une suspension de poste et a demandé simplement à ces derniers d’annuler toutes les unions qu’ils ont officialisées entre temps. Et elle ne s’est pas arrêtée là, car quelques mois plus tard, elle a demandé au parlement d’augmenter l’âge limite des mariages à 21 ans.

Et après des mois de négociations, des tentatives d’intimidation venant de tous les côtés et même plusieurs menaces de mort faites par des parents ainsi que les membres éminents de la communauté, la brave dame a tout de même réussi son pari. Au total, on compte donc près de 850 mariages annulés dans le pays.

Mariage forcé

Un retour à l’école pour les enfants

Mais cette victoire ne satisfait pas Theresa Kachindamoto. Si elle a décidé de lutter contre le dogme du mariage forcé dans le pays, c’est surtout pour donner plus de liberté aux jeunes filles et leurs permettre de retourner là où elles doivent être à leur âge : sur les bancs des écoles.

En plus de sa lutte pour mettre un terme aux mariages des jeunes femmes, dont les plus jeunes ont parfois 12 ans, son autre combat est de rouvrir les portes des écoles à ces jeunes filles. Car elle est sûre d’une chose : plus les enfants sont éduqués, plus ils ont une chance de pouvoir décider librement de ce qu’ils veulent faire de leur vie plus tard.

SOURCEDemotivateur
PARTAGER

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here