grossifesse

Pour les ivoiriennes, la tendance actuelle chez les femmes, c’est d’attirer les yeux avec de grosses fesses. Et plus elles sont énormes, plus on est dans le coup. Mais beaucoup d’entre elles ne savent pas que le phénomène du “grossifesse” ou avoir des fesses énormes, peut impacter sur la santé.

Pourquoi les ivoiriennes veulent tellement avoir de grosses fesses ?grossifesse

Aujourd’hui, beaucoup de jeunes ivoiriennes ne jurent que par le “Grossifesse”, ce produit miracle qui permet aux femmes d’avoir de plus grosses fesses. Et en Côte d’Ivoire, c’est très important, car non seulement “black is beautiful”, mais aussi, parce qu’avoir des formes plus rondes et plus charnues, c’est devenu plus qu’une tendance. C’est une véritable mode de vie. En effet, si dans la plupart des pays occidentaux et surtout les femmes qui viennent des pays de l’est européen, être de style filiforme est à la mode, chez les ivoiriennes, cette tendance n’a pas du tout la cote. Et même une simple commerçante dans la fleur de l’âge l’affirme en disant « en Côte d’Ivoire, pour être belle, il faut avoir un beau bassin ». Mais aussi que «les hommes préfèrent les femmes un peu fessues» pour dire que plus c’est gros, plus c’est beau.

grossifesse

En Côte d’Ivoire, les femmes qui ont de grosses fesses sont des femmes qui sont en pleine forme et qui peuvent être de bonnes mères porteuses étant donné que les fesses vont servir de siège pour le bébé, d’après Jean Alabro, politologue. C’est à cet égard que les femmes ivoiriennes font tout et risquent tout afin d’élargir et grossir cette partie de leur anatomie. Et pour cela, elles osent même appliquer des produits comme le “Grossifesse” ou encore appelés le “Botcho Crème” ou “Sirop Bobaraba“, signifiant, crème pour avoir un “vaste arrière train”. Ce produit qui sur le papier permet d’accélérer le processus de prise de poids au niveau des fesses.

Le “grossifesse”, un produit miracle ou un danger pour la santé

Botcho crème
Botcho crème

Le “Grossifesse”, c’est un crème à base d’huile de foie de morue, mélangée à du beurre de karité et du miel, d’après la notice qui l’accompagne. C’est un produit qui est très apprécié par les ivoiriennes et qui connaît un succès fulgurant. Les vendeuses de ce crème comme Evelyne, en sont même très fières, car le “Grossifesse” constitue la meilleure vente des produits dans le genre en ce moment et se place devant les crèmes qui permettent d’augmenter le volume du sein, ou du pénis chez les hommes. Une commerçante affirme même qu’elle en vend une dizaine de boîte chaque jour pour un prix entre 15 000 et 25 000 CFA, soit entre 23 et 38 euros. Et pour prouver que son produit marche bien et qu’il pourrait lui donner une certaine base de fortune, elle a même en stock deux cartons de Grossifesse qui vont être envoyés sur le territoire ghanéen.

grossi fesse

Toujours d’après Evelyne, la vendeuse de “grossifesse”, les résultats sont palpables après seulement un mois d’utilisation. Mais il ne fait pas que gonfler le popotin, les effets peuvent aussi durer, toujours d’après la vendeuse, et jusqu’à maintenant, elle n’a pas encore eu de retour négatif venant de ses clientes. En outre, en bonne vendeuse qu’elle est, Evelyne affirme aussi que c’est un produit plus efficace que les comprimés étant donné la durabilité de l’effet.

grossifesse

Cependant, d’après la professeure Fatima Ly, ce produit est considéré comme une crème “élargissante” qui viennent des pays anglophones. Son problème, comme tous les produits dans la même catégorie, c’est qu’il est fait à base de corticoïde qui peut rendre une personne diabétique, mais aussi, causer des infections en tout genre et même de l’hypertension artérielle. Et dans les cas les plus graves, l’application de ce produit peut causer des cas de coma après des crises d’hypertension ou de diabète.

D’après la professeure Fatima Ly, on constate également que ce produit est présent à Dakar, au Sénégal, et il alerte actuellement les responsables de la santé publique étant donné que les faux produits dans le genre envahissent le marché. La propagation de ce médicament sur le territoire engendre des soucis sanitaires pour plus d’un millier de personne par an, à Dakar.

Les “fausses fesses”, un autre moyen pour avoir de grosses fesses

Toujours dans le même esprit, on retrouve également des produits comme les “fausses fesses” sur le marché. C’est une sorte de rembourrage qui est à mettre au niveau des fesses pour donner l’impression d’avoir de grosses fesses. Certes, c’est un produit qui n’a pas d’impact direct sur la santé de son porteur, mais il reste artificiel et un trompe l’œil pour ceux qui regardent.

Fausses fesses

Devant tous ces artifices que les femmes ivoiriennes adoptent de plus en plus, une mère de famille de 56 ans, après avoir acheté des “fausses fesses” pour sa fille, a lancé qu’elle préfère toujours le naturel et que “Ce que Dieu donne, il faut garder.” Comme pour dire que ces produits factices ne servent à rien et que pour un rembourrage à 9 000 CFA, soit 13.97 euros l’unité, il est préférable d’avoir un corps naturel. Chose que Kader Camara, un propriétaire de magasin qui vend des “fausses fesses”, ne partagent pas avec ce produit qui est très prolifique pour lui. «Avant, on n’avait pas ce genre d’articles. C’était un secret de femmes qui, pour aller danser, se cousaient plusieurs pagnes», mais aujourd’hui, il y a ce produit qui se vend comme des petits pains, jubile-t-il.

grossifesse

Mis à part le rembourrage des fesses, dans la même catégorie de produit, on peut aussi trouver des grossissants de cuisse ou du pistolet, comme Kader Camara aime à le présenter.

La “lipo-injection”, une intervention médicale pour grossir les fesses

La prise de volume et de rondeur est une véritable obsession chez les africaines. En effet, récemment, le bouillon de cube Maggi a aussi eu son lot de “perception d’avantages” sur le corps et sur le fait d’avoir de grosses fesses. D’après elles, c’est un produit qui permet d’augmenter la masse graisseuse dans le corps et d’avoir de la rondeur un peu partout. Son utilisation à cette fin détourne totalement l’objectif premier du produit. Une idée qui est apparue depuis quelques temps au RD Congo.

Grosses fesses par lipo-injection

Mises à part toutes ses solutions, il y a bien évidemment l’option de la chirurgie esthétique qui se destine surtout aux femmes qui ont les moyens de payer les interventions pour avoir de grosses fesses. Cela demande un voyage dans la capitale sénégalaise où le chirurgien plasticien français, Robin Mookherjee, fait un passage par mois afin de faire plaisir à des clientes ivoiriennes. Selon ce chirurgien, les ivoiriennes trouvent surtout la source de cette envie d’avoir des grosses fesses, chez les femmes latino-américaines.

Implants fausses fesses

Mais il n’y a pas que les ivoiriennes qui sont avides de cette tendance, il compte aussi parmi ses clientes, des maliennes. Des clientes qui n’hésitent pas à débourser jusqu’à 4 000 euros pour une intervention par la technique de lipo-injection. Une technique qui permet de sucer la graisse d’une partie du corps comme les bras ou le ventre, et d’injecter cette dernière, au niveau du fessier afin de le gonfler.

Attention donc aux excès de ces pratiques, de nombreux exemples prouvent que chercher à atteindre la perfection peut donner le résultat inverse.

SOURCESlateafrique
PARTAGER

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here