Alcool frelaté Afrique

Selon les informations relayées par la radio d’État camerounaise, près de 21 personnes sont mortes dans l’est du pays suite à l’ingurgitation d’alcool artisanal, nommé odontol. Cette boisson avec un niveau d’alcool très élevé est à base de vin de palme, de sucre et d’écorce d’arbre. Elle est vendue informellement et les autorités tentent de l’interdire. Ce sont surtout les personnes avec un pouvoir d’achat faible qui est attiré par l’achat de ce produit étant donné que le prix est très attractif.

Alcool frelaté fait maison

Mais ce scénario est presque devenu basique en Afrique. En plus du marché officiel, un marché noir d’alcool commence à se développer. Et à cause de la pauvreté, de l’addiction à l’alcool, les consommateurs se multiplient et les producteurs de cette boisson alcoolisée se font de plus en plus d’argent.

Et selon Radio France Internationale, qui a eu la chance de discuter avec un docteur de la région, les victimes de ce mauvais breuvage souffrent de vomissements, de maux de tête et parfois même de cécité. Toujours selon lui, cette boisson incolore a également une odeur particulière. Et les indices suggèrent que les victimes ont consommé du méthanol.

Aucune indication sur l’étiquette

Le Son est l’écorce de plusieurs céréales. Et même s’il est présent dans plusieurs recettes inoffensives, mal-dosé il peut se transformer en méthanol. Durant le processus de distillation, cet élément doit normalement obligatoirement être séparé des grains. Mais en éliminant le son, par conséquent le méthanol, la quantité d’alcool et le rendement de la distillation deviennent faibles. Par conséquent, il y aura moins de bénéfices pour les fabricants sans scrupule. C’est pour cela qu’ils décident donc de détourner les règles.

alcool frelaté

«Les populations sont confrontées au marketing agressif des sociétés qui produisent et distribuent ces spiritueux en sachet, dont la composition est incertaine et l’origine douteuse. Si les breuvages en question ont tous l’apparence du whisky, ils sont loin d’en avoir les qualités. Rien sur l’emballage n’indique le degré d’alcool par volume, pas plus que les ingrédients utilisés ni comment il a été distillé», pouvait-on lire dans l’analyse faite par Jeune Afrique.

En 2014, près de 80 personnes sont mortes suite à la consommation d’alcool frelaté qui, selon les recherches, avait une dose très forte de méthanol. Le gouvernement avait alors pris l’initiative de pousser la population à éviter la consommation de cette boisson frauduleuse.

Un breuvage mortel

Vice, un média américain, avait récemment fait la visite d’une distillerie clandestine de gin frelaté. On pouvait alors y voir des personnes très pauvres qui fabriquent de l’alcool. Et même si aucun contrôle sanitaire n’est fait sur ces boissons, ces derniers consomment tout de même ce cocktail tous les jours.

PARTAGER

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here