Nicolas Sarkozy

Après son échec au primaire de la droite pour les présidentielles Françaises de 2017, voilà que les ONG africaines se mobilisent également pour porter plainte contre l’ancien Président français, Nicolas Sarkozy. En effet, le collectif d’ONG accuse l’ex-Président d’être à l’origine des différentes situations de déstabilisation sur le territoire africain. C’est le cas du Gabon, de la Guinée équatoriale et surtout de la Libye.

Nicolas Sarkozy

Les motifs de la plainte

Ils sont 1 873 ONG implantées sur le territoire africain à former un collectif dont le but est de poursuivre l’ex-Président des Français, en justice. La motif étant, une déstabilisation de cet ancien chef d’État, des pays africains comme la Libye, mais aussi du Gabon et de la Guinée Équatoriale. On notera également que cette coalition avance des cas de pillage et de complicité pour déstabiliser des pays africains.

De ce constat et cette plainte, le collectif des ONG affirme haut et fort :

« L’Afrique a changé, l’Afrique ne se laissera plus dicter des lois de l’Occident. Nous mettrons fin aux pillages de notre continent par les Occidentaux et nous mettrons fin aux pillages des dirigeants africains irresponsables » afin de mettre un point d’orgue à sa démarche.

Afin de prouver leurs actes, la coalition d’ONG avance différents cas et des champs d’action du régime du temps de monsieur Sarkozy, notamment, le rôle de la France dans les opérations contre la Libye. Mais aussi, le décès tragique du dirigeant Libyen Kadhafi qui reste toujours très flou. Dans cette circonstance, les ONG soulignent également que durant la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, il avait des relations financières très étroites avec le défunt Président libyen.

Nicolas Sarkozy et Kadhafi

D’autres acteurs visés par l’accusation

Mais Sarkozy n’est pas le seul nom cité dans cette procédure de plainte. En effet, William Bourdon et Robert Bourgui, des avocats de renom, ainsi que les ONG Transparency International et Sherpa sont aussi mis en cause dans ces cas de déstabilisation. Les 1 873 ONG visent également plus haut et s’attaquent à l’ONU qui, selon elles, aurait “cautionné la déstabilisation de la Libye, provocant jusqu’à ce jour, des milliers de morts.”

Cette initiative est certes, louable de la part des ONG qui se mobilisent ensemble après un constat négatif, mais il faut savoir que ce genre de tentative n’est pas le premier. En effet, on a connu des actions du même genre qui ont été étouffées avec le temps. Malgré tout, c’est un véritable mouvement médiatique à l’endroit de tous les dirigeants étant donné que les pays cités ci-dessus comptent des milliers de victime, dus à ces actes de déstabilisation.

 

PARTAGER

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here