Coopération sino-africaine 2

Le 6ème Forum de la coopération Chine/Afrique s’est déroulé en Afrique du Sud. Ce sommet était d’une importance capitale pour les gouvernements africains et a permis de réunir 30 chefs d’État. En effet, en seulement quelques années, la Chine est devenue le premier partenaire commercial des pays africains. Une place détenue par les États-Unis auparavant. Toutefois, avec le paysage et l’environnement économique actuel qui affichent un air morose et une économie en chute, les échanges commerciaux se réduisent. On a pu pour cela, remarquer que les investissements des apporteurs de capitaux chinois ont été réduits jusqu’à 40 % durant les 6 premiers mois de l’année 2015 sur tout le territoire africain. Cette diminution des investissements est surtout la conséquence de la diminution des procédures d’achat et des transactions effectuées par les chinois, sur les matières premières africaines.

Une aide de 60 milliards de la part du gouvernement chinois

Coopération sino-africaine

Pour rassurer les 30 états africains présents à ce 6ème sommet de la coopération sino-africaine, le Président chinois, Xi Jinping, a promis une aide financière d’une valeur de 60 milliards de dollars sur trois ans, qui a débuté en 2016. Une aide rassurante pour les pays africains étant donné qu’en 2012, les Chinois avaient investi 3 fois moins sur trois ans. Un autre point très important attendu par les chefs d’États africains durant cette rencontre, c’est l’effacement des dettes chinoises accumulées par certains pays africains qui ont subi des coups durs sur leurs économies avec la chute des prix sur les matières premières.

De nombreuses coopérations en perspective

Coopération sino-africaine 1

Les 60 milliards de dollars prévus par le gouvernement chinois et qui seront investis sur le territoire africain entre 2016 et 2019 ont pour but le renforcement de 10 programmes en cours qui mettent en avant la coopération sino-africaine. Il s’agit entre autres des domaines qui suivent :

  • l’agriculture
  • l’industrie
  • les conditions de vie de la communauté de base
  • la sécurité
  • la protection environnementale
  • le transport
  • l’éducation

En ce qui concerne le transport, on notera les projets de développement des réseaux d’infrastructures suivant 3 axes principaux, à savoir, le réseau de chemin de fer pour les trains à grande vitesse, celui du transport routier à travers le renouvellement ou la construction d’autoroutes et enfin, les infrastructures d’aviation pour optimiser le transport régional.

Concernant le domaine de l’éducation, le gouvernement chinois prévoit également 30 000 bourses d’études sur ces 3 ans. En d’autres termes, la Chine est et sera la destination phare des étudiants africains, encore pour les prochaines années. Cette action, qui permettra également de renforcer et de tisser des liens à long terme entre les pays africains, à travers le gouvernement actuel, les étudiants, et la Chine.

Un appui et une aide militaire

Coopération sino-africaine 3

Durant ce sommet pour le renforcement de la coopération sino-africaine, le gouvernement chinois et son Président Xi Jinping n’ont pas manqué de souligner que l’État chinois sera fortement présent pour appuyer les gouvernements africains dans la lutte contre le terrorisme perpétré par l’État islamique. La Chine apportera également son appui à l’Union Africaine dans son objectif de travailler pour le maintien de la paix et de la sécurité à  travers le territoire Africaine et notamment, au niveau de tous les états membres de l’organisation. L’aide apportée par les Chinois a ainsi été marquée par la mise à disposition d’équipements militaires pour la force d’intervention africaine, mais aussi, d’une aide financière à hauteur de 750 000 000 de dollars qui sera octroyée à partir de l’année 2017. Ce dernier point, qui s’accompagnera de la mise à disposition et de l’installation d’une base militaire chinoise à Djibouti.

En somme, à la fin du VIe Forum de coopération sino-africaine, les dirigeants africains ont été confiants et rassurés des tenants et aboutissants des discussions. Cela, malgré la réduction des investissements chinois ces dernières années. En effet, la rencontre a permis aux 30 chefs d’État présents de savoir que la Chine est toujours un partenaire privilégié qui investit et qui continue d’injecter de l’argent pour le développement économique du continent. La présence et l’appui de la Chine sont aussi, des gages du développement des infrastructures pour beaucoup de pays en Afrique.

PARTAGER

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here